L’IA dans tous ses états

IA, RA, RV… Pas évident de nous y retrouver parmi toutes ces abréviations avec lesquelles on nous rabâche les oreilles (pour info, elles désignent l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la réalité virtuelle).

Dans les semaines à venir, FarmaFlux présentera une minisérie sur l’intelligence artificielle : nous expliquerons de quoi il s’agit et son application dans les soins de santé ; pour conclure, Alain, notre technicien/expert, donnera quelques conseils de pro.

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

Lancez la recherche « définition intelligence artificielle » dans votre navigateur, et vous obtiendrez instantanément plus de 70 000 résultats. En termes simples, l’IA consiste à mettre en œuvre un certain nombre de techniques visant à permettre aux machines d’imiter une forme d’intelligence humaine.

Andreas Kaplan et Michael Haenlein distinguent trois systèmes d’IA (voir schéma)[1] : analytique (ANI) ; d’inspiration humaine (AGI) ; et l’intelligence artificielle humanisée (ASI). C’est, par exemple, l’ANI qui permet à Siri de reconnaître votre voix et d’agir en conséquence, tandis l’AGI lui permet de préparer du café tel un robot humain ! Ce système est notamment capable de résoudre en toute autonomie des problèmes liés à des tâches pour lesquelles il n’a jamais été conçu. L’ASI conférerait même à Siri des pouvoirs surhumains ! Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Pour l’heure, on enregistre des progrès dans le domaine de la reconnaissance et de l’imitation des activités humaines (intelligence cognitive et émotionnelle), mais il n’existe pas (encore) de système doté d’une conscience, y compris dans ses relations sociales (intelligence sociale). Par ailleurs, le robot Sophia semble en bonne voie pour devenir une véritable superwoman. [

[1] Andreas KAPLAN et Michael HAENLEIN, Siri, Siri, in my hand: Who’s the fairest in the land? On the interpretations, illustrations, and implications of artificial intelligence. Business Horizons, Vol. 62, Issue 1 – January-February 2019, p. 15-25. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0007681318301393

Pourquoi IA ?

Peut-être vous interrogez-vous sur cette soudaine popularité de l’IA ? Sans elle, il serait impossible d’extraire des informations pertinentes des big data que nous créons et copions tous autant que nous sommes – d’ici 2020, il s’agirait de pas moins de 44 trillions (= 1018) de giga-octets par an ! (Source : The Medical Futurist, A guide to AI in healthcare). En tant que pharmaciens, nous générons aussi des données en permanence. Songez seulement aux 80 millions d’ordonnances traitées chaque année, un chiffre qui grossira encore considérablement avec la dématérialisation, puisqu’un médicament équivaudra à une ordonnance.

Pas encore totalement familiarisé avec l’IA ? Alors, c’est que vous êtes « normal » comme le montre cette vidéo.

La semaine prochaine : IA dans les soins de santé


[

Published by

Related Posts