“MedicijnWijs” : une plateforme numérique de soins pharmaceutiques complète

Claudia Rijcken, PDG et fondatrice de Pharmi, parle avec enthousiasme de leur plateforme numérique “Medicijnwijs”, qui permet non seulement le sevrage de médicaments et d’améliorer l’observance thérapeutique, mais dispose aussi d’un assistant humain qui est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

On sait qu’une mauvaise utilisation des médicaments entraîne des hospitalisations inutiles et coûte cher à l’assurance des soins de santé. Afin d’aider les gens à faire un bon usage des médicaments (BUM), l’entreprise néerlandaise Pharmi a développé la plateforme numérique de soins MedicijnWijs pour compléter un accompagnement humain. Claudia Rijcken: « En 2019, nous avons testé une Preuve de Concept (POC) sur une plateforme existante avec un certain nombre de pharmacies. Les patients étaient enthousiastes. 85% d’entre eux étaient favorables à recommander la plateforme à d’autres personnes. L’année suivante, nous avons commencé à développer notre propre plateforme. Elle a été lancée en octobre 2021 et est désormais utilisée par 10 000 patients. En plus, elle sera bientôt connectée avec des plateformes de réservation existantes, etc., ce qui entraînera sans aucun doute une croissance rapide. »

Comment cela fonctionne-t-il ?
« Le patient peut télécharger l’application MedicijnWijs via son smartphone ou son IPad et l’activer via un code QR qu’il obtient de son pharmacien. Il est également possible de relier cette application d’accompagnement des soins au logiciel d’une pharmacie qui dispose déjà d’une application pour le patient dans laquelle ce dernier effectue déjà des actions logistiques. Aux Pays-Bas, lorsqu’un médicament est délivré pour la première fois, le pharmacien est tenu par la loi de fournir au patient une explication à la fois orale et sous la forme d’une notice, parfois accompagnée d’un document supplémentaire donnant des informations complémentaires, et parfois d’un lien vers une vidéo, ce qui, pour de nombreux patients, représente beaucoup d’informations à la fois. La recherche a montré que si vous procurez des informations de manière dosée et structurée, le patient arrive à les retenir plus longtemps et la nécessité de l’observance devient plus claire.
Via notre application, nous partageons l’information par morceaux : le premier jour, comment prendre le médicament, le deuxième jour, quels sont les effets secondaires, puis à quoi sert le médicament, existe-t-il une association de patients pour cette maladie, etc. Le patient peut également poser lui-même des questions et indiquer comment il se sent. Ces informations sont affichées sur le tableau de bord des soins du pharmacien et lui permettent de prendre des mesures si nécessaire. »

Le module CARE (SOINS)
« L’appli contient également un module Care pour des conseils plus élaborés visant spécifiquement le bon usage des médicaments, par exemple le sevrage des opioïdes ou des antidépresseurs. Après un entretien personnel avec le pharmacien et en concertation avec le médecin, le schéma de sevrage est chargé dans l’application. Cette prise en charge numérique est un complément optimal à l’accompagnement orale pour promouvoir le bon usage des médicaments. Les patients reçoivent des notifications push contenant des informations et des soins pendant une période pouvant aller jusqu’à deux ans, et le pharmacien peut également poser des questions via la fonction de chat. MedicijnWijs peut également être un outil utile pour les patients qui souhaitent arrêter de fumer, par exemple, ou pour l’accompagnement à domicile des oncolytiques. Cette appli contient également une bibliothèque de données dans laquelle le patient peut consulter des questions 24/7. »

Partage des données avec le médecin et le patient
« Actuellement, le patient peut déjà partager des informations avec un aidant proche et même avec son médecin. Et pour motiver le patient, il existe également un bouton qui lui permet de partager ses progrès sur ses médias sociaux. Actuellement, nous développons encore le partage de données entre pharmaciens et médecins, car les pharmaciens sont très demandeurs. »

Un assistant humain unique
« Nous sommes les premiers à proposer sur une même plateforme de façon graduelle des questionnaires, des vidéos, la gestion des médicaments et des conseils sur le mode de vie. À l’avenir, Pharmi, notre assistant numérique, sera également disponible 24/7.  Nous avons chargé le contenu de notre plateforme dans un humain virtuel (IA conversationnelle) à qui peut vous demander n’importe quoi, par exemple si vous pouvez prendre une bière avec votre médicament, s’il existe une vidéo d’instruction pour l’administration du médicament, etc. Pharmi, la pharmacienne humaine numérique, est toujours disponible, jamais grincheuse ni fatiguée… mais elle a bien sûr besoin d’une connexion internet !


Pharmi, notre assistant numérique 24/7

Mon rêve est qu’à terme, le patient puisse appeler son pharmacien de chez lui 24/7, et qu’il lui donne alors toujours des réponses actualisées et compréhensibles. Le patient verra alors la représentation virtuelle de son pharmacien à la place de l’avatar actuel et aura ainsi l’impression de lui parler réellement. »

Projet pilote belge
« Nous allons bientôt commencer avec quelques pharmacies et patients pour voir comment les patients belges réagissent à cette plateforme. Si les réactions sont positives, nous devons nous assurer que le contenu est légalement en ordre pour la Belgique et ajouter les bons dépliants et les associations de patients belges, etc. Comme la plateforme est agnostique, nous pouvons facilement la mettre en place dans d’autres pays. »

Nous aimerions être tenus au courant des résultats de votre projet pilote belge, et nous en ferons le suivi dans un prochain blog.

Published by

Related Posts