La ruée sur les tests en pharmacie

Pour aider les médecins et les centres de test à tester les citoyens pour Covid, les pharmaciens peuvent effectuer un test rapide dans les pharmacies depuis le 12 juillet. Les chiffres ci-dessous montrent que cela s’est avéré utile. Au cours du long week-end dernier, les chiffres des tests ont battu tous les records. Barbara Verboven, responsable du projet Task Force Testing, nous explique le déroulement de ce projet.

Barbara : “En fait, tout a commencé par un projet pilote de Testing pour les patients symptomatiques lancé le 1er avril dans huit pharmacies à Bruxelles. Les pharmaciens ont suivi une formation pour pouvoir effectuer ces tests rapides, et les patients ont été remboursés par l’INAMI. Les résultats en disent long : non seulement 16 % des personnes testées se sont révélées positives, contre 7 à 8 % dans les centres de test, mais il s’agissait aussi principalement de personnes que nous n’aurions jamais atteint autrement. Ann Herzeel, de l’association professionnelle bruxelloise AVB-UVB, espère donc que le pharmacien pourra continuer à jouer ce rôle une fois les centres de test fermés.”


Nombre de tests rapides patients symptomatiques – projet pilote Bruxelles –
Source : Farmaflux

Un été chaud

“A partir du 12 juillet, les pharmacies pouvaient tester les voyageurs et festivaliers asymptomatiques afin qu’ils puissent partir en voyage ou assister à un festival ou un événement en toute sérénité. Dans ces cas-ci, il s’agit de tests payants. FarmaFlux a développé un formulaire d’inscription pour ces tests rapides, dont les résultats sont envoyés à Sciensano pour créer un certificat que les citoyens peuvent télécharger dans l’application Covid Safe et sur masanté.be. Comme les pharmaciens étaient souvent confrontés à des citoyens sans numéro de registre national, eID… qui ne pouvaient pas se connecter aux plateformes belges avec une clé numérique pour recevoir leur certificat, dès le 12 août, les pharmaciens ont également pu tester et enregistrer les citoyens sans numéro de registre national ou en situation d’urgence (perte de leur eID, carte bancaire, PIN, …) grâce au code unique à 16 chiffres, le code de prescription de test Covid-19 (CTPC).”


Nombre total de tests rapides jusqu’au 30/09 (364.980 dont 316.435 abev n° NISS et 48.545 code CTPC) – Source : Farmaflux

“Depuis le 6 septembre, un groupe de 329 pharmacies a également été autorisé à tester les patients symptomatiques n’ayant pas de médecin généraliste ou n’étant pas prêts ou dans la possibilité de se rendre chez un médecin ou dans un centre de test. Entre-temps, depuis le 1er novembre, tous les pharmaciens de Belgique ayant suivi la formation nécessaire sont autorisés à tester les citoyens symptomatiques et les voyageurs de retour de voyage. Toutefois, les pharmacies sont libres d’offrir ou non ce service. Le début des vacances d’automne a déclenché la ruée vers les pharmacies : vendredi et samedi derniers, deux fois plus de tests rapides ont été effectués que d’habitude et le dimanche 31 octobre et le lundi 1er novembre, même jusqu’à 5 fois plus que n’importe quel autre dimanche et jour férié.”


Source : Farmaflux/Sciensano –
sur la base de tous les formulaires électroniques transmis.

Les tableaux ci-dessous montrent l’évolution des tests asymptomatiques dont le nombre dépasse le demi-million ainsi que le nombre de tests symptomatiques effectués, à chaque fois depuis le début du mois de septembre.


Evolution nombre de tests asymptomatiques (total jusqu’ au 01/11 : 523.258 dans 2599 pharmacies = 436.415 avec n° NISS + 86.843 sans n° NISS) – Source : Farmaflux
Nombre de tests symptomatiques depuis le 6/09 – Source : FarmaFlux

Voilà un autre bel exemple de la façon dont le pharmacien joue de plus en plus un rôle de prestataire de soins de première ligne grâce à des développements innovants. La pandémie de covid a définitivement placé le pharmacien sur la carte des soins de santé.

Published by

Related Posts