« TRAVAILLER ENSEMBLE SOUS UN MÊME TOIT » (DOSSIER VACCINATION PARTIE 1)

En un an et demi de crise de corona, nous sommes passés d’un manque criant de matériel de protection pour les prestataires de soins de santé et de masques buccaux pour la population à un bon élève en termes de couverture vaccinale. Avec les remerciements des pharmaciens, entre autres. Marleen Haems, chef de projet de la Task Force sectorielle Vaccination, explique le rôle des pharmaciens dans la campagne de vaccination.

Durant cette pandémie, nous nous sommes parfois posé de questions lors de l’annonce de la création d’un énième organe consultatif ou groupe de travail. Et pourtant, il ne fait aucun doute que la Task Force des pharmaciens – avec l’ensemble du secteur – a obtenu de grands résultats.

Expert pharmaceutique
Le fait que les pharmaciens pouvaient et voulaient jouer un rôle dans la campagne de vaccination et qu’ils y avaient mûrement réfléchi est devenu évident lorsqu’un document de vision de Marleen Haems (VAN) a servi de base à la répartition des rôles dans les centres de vaccination. Marleen Haems : “Notre idée du rôle du pharmacien qui stocke et prépare les vaccins a été adoptée, mais nous n’avons pas inventé le terme ‘expert pharmaceutique’. Il a probablement été créé pour faire pendant à l’’expert médical’ qui est responsable de l’injection elle-même. Cependant, les tâches de l’expert pharmaceutique ne se limitent pas à ces actions purement techniques, elles impliquent également beaucoup de concertation et de planification. ‘Pas de gaspillage’ était le credo : les vaccins ne pouvaient pas être gaspillés et si les patients ne se présentaient pas, le gestionnaire de population contactait d’autres personnes, en espérant qu’elles seraient disponibles. En outre, au début, la stabilité des vaccins n’était pas claire. Par exemple, nous ne savions pas s’ils étaient résistants aux chocs ou non. Nous n’avions pas le droit de les “secouer” et chaque choc était un problème. De plus, à l’origine, les vaccins ne pouvaient pas être utilisés très longtemps après leur décongélation, etc. Le contrôle de qualité par le pharmacien était donc crucial ici.”

Un respect gigantesque
La coopération dans les centres de vaccination et avec le gouvernement s’est déroulée (en grande partie) sans problème. “Les pharmaciens avaient déjà l’habitude de travailler ensemble sur une base multidisciplinaire, mais travailler réellement ensemble sous un même toit était nouveau. En outre, cela a non seulement conduit à un respect mutuel entre les médecins et les pharmaciens et à une meilleure connaissance du fonctionnement de chacun, mais aussi à un immense respect pour les pharmaciens de la part du gouvernement et de toutes les personnes et institutions impliquées dans le processus de vaccination. Cela a pour effet positif que nous continuons à être impliqués et que notre opinion compte. Je tiens à souligner que ce n’est pas seulement le mérite de la Task Force, mais celui de l’ensemble du secteur.”

Bottom-up
“Nous avons également travaillé de manière ascendante, en associant les experts pharmaceutiques à la concertation et en leur laissant partager leurs expériences du terrain. Nous voulons continuer sur cette lancée. Par exemple, nous réfléchissons actuellement à notre rôle dans la vaccination contre la grippe et à l’organisation de journées de vaccination.”

Proximité
“Ce qui est également apparu très clairement, c’est l’importance de la proximité du pharmacien. Cette année, entre début mai et fin août, pas moins de 4,6 millions de pop-ups* ont été enregistrés sur les écrans des pharmacies. L’objectif de ces pop-ups était de lancer un entretien de sensibilisation pour informer les patients et les motiver à se faire vacciner. Après tout, le pharmacien est proche du patient et le connaît bien – c’est certainement le cas dans les grandes villes où le nombre de personnes possédant un Dossier Médical Global est faible. Il est donc la personne idéale pour assumer ce rôle de sensibilisation. Ce que les pharmaciens ont réalisé ici n’a pas non plus échappé à l’attention du gouvernement. Vous pouvez faire du bon travail en tant que Task Force ou groupe de travail, mais vous ne pouvez réaliser quelque chose de cette façon que si l’ensemble du corps participe. Nous devons maintenant le préserver et jouer encore plus le rôle de sensibilisation et de proximité.”

* Plus d’informations sur ce pop-up dans notre blog du 28/09/21.

La semaine prochaine : Dossier Vaccination Partie 2 : Vue de l’intérieur d’un centre de vaccination.

Published by

Related Posts