Programme Abem: un rôle de premier plan pour le pharmacien

Avec son programme Abem, l’Association des pharmaciens portugais ANF a remporté le Prix de l’Amélioration de la Pratique Pharmaceutique lors du dernier congrès de la FIP à Abu Dhabi. Duarte Santos, membre du conseil d’administration de l’ANF, nous explique ce programme de solidarité, qui est né suite à la crise économique.

Le programme Abem (en abrégé Abem) est la première initiative de l’association Dignitude – une fusion des mots ‘dignité’ et ‘attitude’. Cette ONG a été fondée fin 2015 par l’ANF et l’association portugaise de l’industrie pharmaceutique ainsi que par les représentants des associations de patients et des institutions sociales.

Duarte Santos : « Nous avons cherché une solution créative à un problème. En tant que pharmaciens, nous entretenons des liens étroits avec nos patients, remontant souvent à plusieurs générations, de sorte que nous comprenons leurs besoins mieux que quiconque. Suite à la crise et aux mesures prises par la Troïka européenne, nous avons constaté que de nombreuses familles n’étaient plus en mesure de payer leurs médicaments ». Selon l’OCDE, 29% des dépenses de santé au Portugal sont à la charge des citoyens et on estime qu’un citoyen sur dix n’a pas les moyens de payer tous les médicaments nécessaires.

Duarte acquiesce: « C’était affligeant de voir comment des patients venaient à la pharmacie avec des ordonnances pour plusieurs médicaments et devaient choisir quel produit acheter. Mais les pharmaciens ont également souffert de la crise – jusqu’à 600 d’entre eux avaient des problèmes d’insolvabilité ou de nantissement. Pourtant, ils ont décidé d’investir dans Abem. Un bon exemple d’engagement. »

La solution

L’objectif d’Abem est d’améliorer l’accès aux soins et aux médicaments pour les défavorisés. Les organisations privées et gouvernementales peuvent identifier et référer les personnes qui en ont besoin. Ensuite, ils reçoivent une carte Abem, une sorte de carte d’assurance pour obtenir gratuitement des médicaments et des soins pharmaceutiques. Duarte : « Alors que l’ANF et l’industrie pharmaceutique supportent les coûts du programme, tous les dons des municipalités, des entreprises, des citoyens ainsi que ceux des pharmaciens sont utilisés à 100% pour l’achat de médicaments.

Discret et digne
Depuis son lancement en mai 2016, ce programme de solidarité nationale a soutenu plus de 7 000 personnes défavorisées, et le nombre des partenaires participants et des bénéficiaires continue d’augmenter. La communication se fait à la fois par les médias (radio, télévision, journaux, médias sociaux) et par les pharmacies. « Le fait que Dignitude n’attire pas l’attention sur elle-même dans cette communication est peut-être l’une des raisons du succès d’Abem. Par exemple, le nom de la municipalité est plus évident sur la carte d’Abem que le leur. De cette façon, la carte semble être une carte de sécurité sociale ordinaire et les bénéficiaires ne se sentent pas stigmatisés.
L’objectif de Dignitude est de traiter ces personnes vulnérables d’une manière discrète et digne, comme les autres patients de la pharmacie. »

Pharmacien dans un rôle principal
Duarte conclut : « Ce programme a confirmé le rôle des pharmaciens en tant que partenaire indispensable d’une société plus inclusive et de résultats de santé positifs pour tous. En donnant aux gens l’accès aux médicaments nécessaires, nous améliorons l’observance thérapeutique et contribuons à réduire les coûts des traitements d’urgence et de l’hospitalisation. »

Nous citons la réaction de Duarte après avoir reçu le prix FIP : « C’est un grand honneur de recevoir une reconnaissance mondiale pour ce magnifique programme réalisé par les pharmacies. Ce prix renforcera encore notre objectif d’assurer l’accès aux médicaments et à la santé pour chaque citoyen portugais. J’espère que nous serons aussi une source d’inspiration pour nos collègues pharmaciens internationaux. »

Application
Enfin, on mentionne aussi que l’ANF a créé une appli appelée “Pharmacies portugaises“. Cette application est liée à leur programme de fidélisation santé (programme Sauda) auquel participent les deux tiers des pharmaciens (2000/2800). L’objectif est d’offrir des avantages à leurs patients, en particulier pour les médicaments et les produits de santé non prescrits. Un outil CRM gère l’application et un site Web global, qui offre la possibilité d’avoir son propre site pour chaque pharmacie. L’application contient des données personnelles, des informations sur les produits et des informations fiables sur des sujets de santé. De plus, vous pouvez rechercher une pharmacie et savoir quand il faut prendre ses médicaments. De plus, une personne peut se lier volontairement à une pharmacie et s’y référer comme étant sa pharmacie avec laquelle elle a un lien fort. Bref, le concept de notre pharmacien de référence à la portugaise.

La semaine prochaine, Lieven Zwaenepoel, président de FarmaFlux, fera le point sur une session au sujet des technologies numériques de santé lors du congrès de la FIP.

Published by

Related Posts