Femtech: une grossesse saine et sûre grâce à Bloomlife

Malgré les 2,6 millions de bébés mort-nés dans le monde – chiffre dix fois supérieur à celui de la mort subite –, la santé des femmes enceintes a fait encore trop peu l’objet de recherches scientifiques jusqu’à présent. De ce fait, l’innovation technologique est également à la traîne à cet égard. Nous donnons la parole à Julien Penders, cofondateur et COO de Bloomlife, société belgo-américaine qui a voulu apporter du changement en la matière.

Penders : « Bloomlife développe effectivement quantité de solutions pour une grossesse en bonne santé. Nous procédons en combinant des appareils connectés, en analysant des big data et en fournissant des informations aux mamans et aux médecins. Notre premier pas dans cette direction fut le développement du traceur de contractions intelligent « Pregnancy Tracker ». Il ne s’agit pas d’un dispositif médical, mais d’un produit commercial principalement vendu aux États-Unis. Ensuite, nous avons commencé à développer des outils permettent aux mères et aux médecins de prédire le travail. Ce projet, baptisé « Wish », est financé par la Commission européenne. La troisième étape est le projet Beatle, qui vise à développer des outils pour surveiller la santé du fœtus dans l’utérus et actuellement en phase de recherche et de développement. »

Partenaires
« Le projet Beatle, qui a débuté il y a environ un an et demi, est financé par l’Agence flamande pour l’innovation et l’entrepreneuriat (VLAIO) et compte trois partenaires : imec, l’Hôpital Oost-Limburg (ZOL) et Bloomlife. Les tâches sont réparties comme suit : imec fournit la technologie, plus précisément une micropuce sur mesure. Ce circuit intégré Beatle est un prototype de la première puce ECG portable à 5 canaux au monde qui enregistre la fréquence cardiaque et les mouvements du fœtus de façon continue, précise et conviviale dès la 20e semaine de grossesse. La puce peut être intégrée dans un petit appareil portatif confortable et est reliée à une application permettant aux femmes enceintes de suivre facilement de chez elles le bien-être de leur bébé. » Le ZOL valide la technologie, c’est-à-dire qu’ils comparent la nouvelle technologie à la norme de référence, à savoir la technologie disponible actuellement. Dans le cas du rythme cardiaque fœtal, il s’agit d’un monitoring (ou cardiotocographe). Le troisième partenaire de ce projet est Bloomlife, qui rassemble toutes les données et effectue les analyses nécessaires.

État de la situation
« Pour l’heure, nous avons développé la micropuce et le prototype et nous évaluons sa performance. À la fin de cette année, nous saurons si ce prototype est capable de mesurer la fréquence cardiaque du fœtus, mais il faudra encore patienter deux ou trois bonnes années avant la commercialisation du produit. Il faut d’abord réduire les dimensions du prototype, qui a encore la taille d’une boîte à chaussures, car il contient toute une série d’interfaces nécessaires aux tests et à la validation. Ensuite, un contrôle de qualité sera effectué ainsi qu’une vérification du fonctionnement. Sitôt l’approbation obtenue, nous lancerons sur le marché le produit, encore sans nom pour le moment. »

Objectif
Par ses initiatives de recherche en cours, Bloomlife veut s’assurer non seulement que les parents et les prestataires de soins comprennent mieux le risque de complications liées à la naissance, mais aussi qu’ils prennent les bonnes décisions sur la base d’informations exactes et fiables.

La semaine prochaine, Katleen Gabriels (Université de Maastricht) sur l’éthique et la technologie.

Published by

Related Posts