Comment devient-on ‘Young ICT Lady 2019’ avec un baccalauréat en Marketing en poche ?

L’appel de l’école Cegeka visant à former des personnes sans bagage informatique à devenir développeurs n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde : Sanne Vermeiren travaille depuis lors à temps plein chez Cegeka à Louvain et s’investit sans relâche pour sensibiliser les jeunes, en particulier les filles, à l’informatique.

L’intérêt de Sanne pour l’informatique est né relativement tard. Elle a d’abord obtenu un baccalauréat en Marketing, puis un master en Économie et enfin, un MBA en Gestion. Plus elle étudiait, plus sa passion pour l’innovation grandissait. Sanne commente : « De nos jours, qui dit “innovation” dit “informatique”, mais ce domaine était à des années-lumière de mes études. Fruit du hasard : à l’obtention de mon diplôme, le journal télévisé de VTM a annoncé que l’école Cegeka cherchait des jeunes sans bagage informatique pour les former à devenir développeurs full stack. Le soir même, j’ai envoyé mon CV et le lendemain, j’ai appelé pour exprimer ma motivation. Voilà comment je suis entrée dans le monde de l’informatique. »

Ambitieuse
« En trois mois, un groupe de 20 jeunes gens a été composé. Ces personnes – dont je faisais partie – ont pour la plupart commencé à travailler en tant que développeurs ; les autres comme analystes. Depuis lors, je n’exerce plus en qualité de développeur, ce poste étant un rien trop technique pour moi. En tant qu’analyste, j’examine les souhaits du client pour les traduire en une application informatique. Le mois dernier, comme j’ai envie d’être généraliste, j’ai fait part de ma volonté d’exercer une fonction de vente. Ainsi, si j’accède un jour à un poste de haute direction, je serai capable de réfléchir de façon stratégique et d’étudier un problème sous tous ses angles. »

Partage des connaissances
Cegeka, à l’origine une entreprise familiale, emploie aujourd’hui quelque 3 000 personnes dans le monde, dont 300 à Louvain. « Comme nous ne sommes pas toujours au courant des activités des autres unités commerciales, nous avons mis sur pied le “festival numérique”, qui nous donne l’occasion de savoir quelles technologies les autres utilisent et ce qui a porté ses fruits ou non. Nous accordons une grande importance au partage des connaissances (Knowledge Sharing) et à l’approche d’échec accéléré (Fail-fast). Notre devise est : “apprenez de vos erreurs et persévérez, n’essayez pas de rectifier les choses, car cela n’a parfois aucun sens et surtout, partagez les connaissances avec les autres pour leur éviter de reproduire la même erreur.” »

Une tonne d’initiatives
Cegeka partage également ses connaissances via Switchfully. Dans ce contexte, nous avons déployé l’idée de l’école Cegeka en externe. Les employés d’autres entreprises reçoivent une formation intensive en informatique, à l’issue de laquelle ils retournent dans leur propre entreprise. « Il existe un écart énorme entre le nombre d’informaticiens dont nous avons besoin et le nombre d’étudiants en informatique diplômés chaque année. C’est pourquoi tant d’initiatives voient le jour. BeCode, par exemple, offre aussi des formations gratuites en informatique à des diplômés d’une autre branche. Et puis il y a bien sûr, pour les jeunes, Wegostem ou CoderDojo, qui opèrent sur base volontaire et rassemblent une fois par mois des jeunes entre 7 et 18 ans dans les (grandes) villes pour apprendre la programmation de façon ludique. »

Les filles aussi
« Dans ce contexte, nous devons accorder encore plus d’attention aux filles », estime Sanne, « car les stéréotypes perdurent. Par exemple, des élèves du primaire en visite chez nous étaient surpris de voir aussi parmi notre personnel des femmes qui, de surcroît, ne ressemblaient pas à des garçons. Il m’arrive aussi souvent d’entendre des jeunes filles dire qu’elles pensaient que l’informatique se limitait à de la programmation dans une pièce sombre. Le besoin en analystes ou en développeurs agiles est également encore trop méconnu et nous fait, à mon avis, passer à côté d’un grand nombre de filles. En tant que Young lady ICT, je peux leur servir d’exemple, pour qu’elles voient qu’une femme n’a pas pour unique débouché la fonction d’infirmière, mais peut tout autant devenir PDG d’une entreprise numérique. »

Centre technologique de Louvain
« À Louvain, j’aimerais lancer un centre technologique avec une école de codage qui donnerait aux étudiants en marketing ou en communication les bases de la programmation. Les personnes ayant une formation commerciale et des connaissances en informatique constituent une plus-value pour le marché. La semaine prochaine, j’aurai une réunion à ce sujet avec la Ville de Louvain. Le nouveau bourgmestre s’emploie à juste titre à investir dans des initiatives technologiques, afin d’éviter que sa ville soit à la traîne par rapport à Bruxelles, par exemple, où se trouve notamment le campus numérique BeCentral. »

Conseils
« Essayez de suivre l’évolution numérique quel que soit votre secteur d’activité », conseille Sanne. « Recourez à la vaste offre de formations en ligne ou de cours du soir, car de nos jours, on est censé tout connaître. Ne manquez pas le train du numérique, ne vous mettez pas à l’écart du marché parce que les compétences vous font défaut. Travaillez-y activement et considérez la chose comme un investissement dans votre avenir. Telle est ma plus grande préoccupation. »

La semaine prochaine : dossier FemTech : L’ABC de la FemTech

Published by

Related Posts