L’impression 3D dans les soins de santé

Photo © Enabling the Future

L’essor de l’impression 3D se fait désormais ressentir jusque dans le secteur médical où la liste des applications possibles ne cesse de s’allonger.

Plus besoin d’aiguilles à tricoter
Actuellement, les dispositifs médicaux simples tels que les attelles de doigt et les plâtres sont de plus en plus souvent imprimés en 3D. En effet, leur structure ouverte offre de nombreux avantages. Par exemple, en cas de fracture complexe, le médecin peut commencer le traitement plus tôt car la structure imprimée maintient l’os fracturé en place. Son faible poids est également bien plus confortable pour le porteur. En outre, cette structure permet de diminuer les risques de raidissement musculaire. En effet, avec un plâtre 3D ouvert, il est possible d’utiliser un appareil à ultrasons garantissant que les muscles ne s’atrophient pas, favorisant ainsi la guérison. Enfin, vu qu’aucune partie du corps n’est plâtrée pendant des semaines, il n’y a pas de raison de souffrir de démangeaisons (donc plus besoin d’aiguilles à tricoter pour vous gratter !). L

Dans le cas d’opérations
Bien que certains considèrent encore les dispositifs susmentionnés comme un gadget, l’impression 3D est de plus en plus utilisée comme un véritable outil pour préparer des opérations complexes. Par exemple, dans le cas d’un bébé chinois de neuf mois atteint d’une malformation cardiaque potentiellement mortelle, un cœur en 3D a été imprimé au préalable afin de bien préparer cette opération à risque.

La bio-impression
La bio-impression 3D consiste à fabriquer des tissus vivants, tels que des vaisseaux sanguins, des os, un cœur ou de la peau, à l’aide d’une imprimante 3D qui, à terme, pourrait sauver des vies. Elle permet également de pallier les pénuries d’organes à l’échelle mondiale et de mettre fin à l’expérimentation de nouveaux produits cosmétiques, chimiques et pharmaceutiques sur les animaux.

Diverses prothèses

L’impression 3D assure aussi de nombreux changements dans le secteur de la dentisterie. En effet, à l’aide d’un scan de la bouche, il sera possible d’imprimer des ponts, des couronnes ou, par exemple, de petits capuchons en plastique qui remplaceront les embouts en métal tels que nous les connaissons aujourd’hui. Le temps où il fallait faire une empreinte de dents dans du plâtre sera bientôt définitivement révolu.

Une noble initiative
L’organisation Enabling the Future mérite d’être mentionnée dans ce contexte. Sur leur page d’accueil, vous trouverez trois sections : « Need a Hand » si vous avez besoin d’une prothèse imprimée en 3D (par exemple une main), « Build a Hand » si vous voulez imprimer vous-même votre modèle en 3D et enfin « Volunteer » si vous voulez imprimer bénévolement un modèle 3D sur votre imprimante pour un tiers. Vous trouverez également plusieurs histoires touchantes sur leur site Web.

La semaine prochaine : L’impression 3 D dans les pharmacies

Published by

Related Posts