« La qualité n’est pas une option, c’est une nécessité »

Après avoir remporté le Prix de la campagne de promotion de la santé (Health Promotion Campaign Award) en 2018 pour la campagne du pharmacien de référence lors du congrès annuel de la FIP (Fédération internationale pharmaceutique), l’APB a décroché cette année le Prix de l’amélioration de la pratique pharmaceutique (Pharmacy Practice Improvement Award) pour le Programme de qualité des préparations. Jan Saevels, directeur scientifique à l’APB, nous explique ce programme.

En 2017, l’APB a lancé le Programme de qualité des préparations, qui permet aux pharmaciens de recevoir gratuitement du feed-back sur la qualité de leurs préparations magistrales.

Fonctionnement
Jan Saevels : « Il ne serait pas gérable que les 4800 pharmaciens nous remettent n’importe quelle préparation magistrale à leur convenance. C’est pourquoi nous travaillons par ‘cycles’ : 100 pharmaciens préparent une formule déterminée par nos soins, qu’ils nous envoient à un moment précis. Dès que nous avons atteint le nombre de 100, le cycle est clôturé et les pharmaciens participants reçoivent une pseudo-ordonnance par e-mail, via le site web et par courrier, ainsi qu’une boîte dans laquelle ils peuvent nous renvoyer leur préparation (port payé par le destinataire). »

Contrôle de qualité
Saevels : « Nous commençons par vérifier la qualité de l’emballage, de l’étiquetage et du document de préparation (matières premières utilisées, mode de mélange, de remplissage, etc.). Ensuite, en laboratoire, l’échantillon fait l’objet d’une série de tests analytiques, qui varient en fonction du produit (gélules, pommade, collyre, etc.). »

Feed-back
Enfin, au bout de deux mois, le pharmacien reçoit un rapport individuel de l’analyse complète et une conclusion reprenant des points d’attention personnels via l’application My Quality Control. Saevels : « À terme, nous pensons à un entretien de feed-back en face à face, que nous voulons organiser par le biais des unions professionnelles. »

Satisfaits
Nous avons lu dans le mémoire de maîtrise[1] au sujet de ce programme que les pharmaciens en sont satisfaits : « C’est un moyen d’avoir une meilleure vue sur vos propres compétences ; c’est une forme d’auto-évaluation, d’autocontrôle et de surveillance de la qualité ; c’est une possibilité de détecter d’éventuelles faiblesses, etc. »

Envie de participer vous aussi ?
Saevels : « Jusqu’à présent, environ 20 % des pharmacies ont déjà participé à ce programme, mais notre objectif est que tous les pharmaciens y prennent part un jour. Il s’agit en effet d’un programme gratuit, avec un investissement minimal de temps et de ressources propres. » Pour l’instant, il reste deux cycles auxquels vous pouvez vous inscrire (site web de l’APB à tools à app My Quality Control). Il n’y a pas d’hésitation à avoir : vous ne serez pas mis sur liste noire en cas de possibilité d’amélioration, car les résultats sont confidentiels. Saevels : « En plus du feed-back individuel, des résultats globalisés et anonymisés sont publiés, assortis de recommandations sur les erreurs couramment commises. Nous le faisons dans l’espoir de convaincre les 80 % qui n’ont pas encore participé, car en réalité nous leur offrons un miroir gratuit. Ils ne peuvent qu’en sortir grandis. »

La FIP
Le jury de la FIP a en tout cas été impressionné et a récompensé le programme par son prix annuel du Pharmacy Practice Improvement Award pour sa vision novatrice du rôle du pharmacien. Félicitations à l’équipe !


[1] Masterproef: Kwaliteitsprogramma bereidingen. Onderzoek van de participatiegraad van de apotheker aan het programma. Nathalie Van Lierde – 2019-2020.

Published by

Related Posts