L’Estonie: n° 1 européen en e-santé

L’année 2020 a bel et bien commencé, le moment idéal de se pencher sur l’enquête européenne annuelle sur la santé de 2019 qui montre clairement que la sécurité informatique est une priorité absolue partout. Malheureusement, l’enquête ne donne aucun chiffre pour la Belgique.

Accents différents

Bonne nouvelle que la sécurité informatique est une priorité dans tous les pays européens. Cependant, nous constatons des différences: tandis qu’en Allemagne (54 %) et au Royaume-Uni (37 %), l’accent est mis davantage sur la mise en œuvre du Dossier Médical Global(DMG), l’Italie (47 %), les Pays-Bas (39 %) et les pays scandinaves (34 %). font une priorité de la promotion de l’accès des patients aux informations médicales. Le plus grand défi auquel sont confrontés les prestataires de soins de santé dans la plupart des pays est le financement des services de e-santé, outre le fait de trouver suffisamment de personnel qualifié (Allemagne), l’absence d’initiative politique (Italie) ou la résistance de la profession médicale (Autriche).

Tendances
Les tendances en matière de e-santé en sont les mêmes que les années précédentes : le personalised medicine, le DMG, l’échange d’informations de santé entre prestataires, l’IA, avec en plus l’importance croissante des services de télémédecine utilisant la vidéoconférence. Les dossiers des patients sont également une priorité, sauf en Scandinavie où ils sont déjà une réalité. Aux Pays-Bas et en Scandinavie, pas moins de 91 % des dossiers de patients sont déjà numérisés alors que la moyenne européenne est de 78 %, soit une légère augmentation par rapport à l’année dernière.

Modèle de rôle
Le Danemark a dû céder la première place à l’Estonie, leader actuel de l’innovation en matière de e-santé.  Le top 5 comprend en outre la Finlande, la Suède et les Pays-Bas et il existe un écart important entre les autres pays et ce groupe de tête. Il s’avère également que les prestataires de soins de santé du Royaume-Uni, d’Italie et d’Espagne pensent que leur pays est plus avancé en matière de e-santé qu’en réalité.

Que faut-il retenir de cette enquête sur la e-santé ?

  • Autonomisation des patients, télémédecine et continuité des soins
    Les patients assertifs auront non seulement accès à leur dossier médical, mais y ajouteront également des données autogénérées. Les services de télémédecine devraient gagner en importance, grâce aux nouveaux systèmes de remboursement et au changement du système de santé. Dans cet environnement en mutation, les informations sur la santé devront circuler plus facilement et plus rapidement entre les prestataires de soins, les institutions de santé et même les régions et les pays. Les organisations de soins de santé et les fournisseurs de solutions technologiques qui n’y mettront pas leur priorité, risqueront de perdre leur pertinence.
  • Sécurité informatique et DMG
    L’amélioration de la sécurité informatique figure en tête des priorités de nombreuses organisations de prestataires de soins de santé et de fournisseurs de technologies. Toutefois, la mise en œuvre et le déploiement d’un DMG complet restent un défi pour de nombreux prestataires, mais sans cela, les patients ne pourront pas accéder à leurs informations, participer plus activement à leurs propres activités liées à la santé ou faire partie de systèmes de santé intégrés.
  • La maturité numérique ?
    La maturité numérique et la transformation numérique nécessitent une plus grande portée, afin que les nouvelles possibilités offertes par les données numériques puissent être exploitées. L’objectif est de rendre les services de santé et de soins plus efficaces, plus sûrs et de meilleure qualité. L’écart entre la maturité numérique et les enregistrements numériques “simples” s’est creusé au cours de l’année dernière, ce qui suggère que la valeur des outils et services numériques n’est souvent pas pleinement réalisée. La communauté de la e-santé doit travailler ensemble pour s’attaquer à ce problème.
  • Qui est le champion de l’adoption et de l’innovation en matière de santé en ligne en Europe ? Les Scandinaves et les Pays-Bas doivent encore être considérés comme des modèles pour l’adoption et l’utilisation de la e-santé en Europe. Toutefois, cette année, l’Estonie a changé de place avec le Danemark et est désormais le premier pays d’Europe en matière de e-santé.

Le rapport complet peut être consulté ici. (uniquement disponible en anglais)

Published by

Related Posts