Les bons conseils de Paulien Schul

L’époque où les pharmaciens étaient uniquement rémunérés pour leurs activités est révolue. Pour Paulien Schul, fondatrice et conseillière en santé chez Change for PS (Pays-Bas), le pharmacien est le prestataire de soins de santé incontestable, qui doit s’efforcer de consacrer plus de temps aux soins de ses patients et aux solutions sur mesure. Le pharmacien doit passer du statut de “vendeur de boîtes” à celui de prestataire de soins de santé.

“Le policier du médecin”
Paulien Schul : « Il faut faire bouger les pharmaciens, leur faire sentir l’urgence et montrer comment franchir le pas plus facilement. Un pharmacien ne se met jamais en évidence, mais il est en fait un peu le policier du médecin. Même s’il vérifie la prescription du prescripteur et recherche les interactions, il ne le dit pas à voix haute. Mais si le pharmacien met à chaque fois l’info dans l’ordinateur quand il donne des conseils patient, la prochaine fois que ce patient est aidé par une autre personne, elle pourra se baser sur ces conseils. De ce fait, il s’assure de la fidélité du patient, parce que le patient a vraiment l’impression d’être “pris en charge”. En ligne, un avatar peut également donner des conseils, mais le contact personnel est plus agréable. Apprenez donc à écouter le patient et dites-lui, par exemple, au cas où vous n’avez pas de réponse à sa question, que vous allez faire une recherche ou en discuter avec le médecin généraliste et que vous le rappellerez plus tard. C’est là que réside votre force qu’un avatar n’a pas, parce qu’avec l’IA, nous n’avons pas encore fait tout ce chemin ».

Des données, des données et encore des données
« Lors du congrès de la FIP à Abu Dhabi en septembre dernier, je voulais que ma présentation montre que tous les pharmaciens peuvent mesurer l’impact, car ils disposent de beaucoup de données qui valent beaucoup. Ils devraient commercialiser ces données et ne pas les donner au gouvernement ou à l’industrie !  En plus du dossier de dispensation (Note de la rédaction: chez nous le DPP) dans lequel vous pouvez déjà voir beaucoup de choses, il est également utile d’avoir un dossier clinique. Par exemple, si un patient souffre d’hypertension, je veux connaître les valeurs de sa tension artérielle et voir ce que font mes interventions. Aujourd’hui, vous pouvez mettre les mesures que le patient a enregistrées pendant six mois avec son Apple Watch à côté de celles du tensiomètre validé. Certains médecins le refusent, mais nous devons apprendre à vivre avec le fait que beaucoup de données sont collectées, également par le patient. Le patient a vraiment besoin d’être inclus dans le processus de prise de décision, responsabilisation du patient. »

L’adhérence = priorité absolue
« 
Lorsqu’il s’agit de l’observance du traitement, le pharmacien peut également jouer un rôle. L’observance du traitement signifie une meilleure santé pour le patient et donc une réduction des coûts des soins de santé, mais aussi des revenus plus élevés pour l’industrie pharmaceutique, qui pourrait alors financer des programmes visant à accroître l’adhérence, car elle y gagne aussi.

Les conseils donnés s’avèrent être souvent des informations très pratiques, par exemple donner des explications ou en montrer une vidéo sur YouTube sur la manière d’utiliser correctement un inhalateur ou montrer comment avaler un comprimé. Il faut se demander quel est le critère utilisé par un patient pour choisir une pharmacie. Est-ce qu’il va là où il est servi le plus vite ou veut-il des conseils ? Dans ce dernier cas, cela ne le dérange pas d’attendre son tour. Il est également motivant pour le personnel de la pharmacie de voir qu’un patient est satisfait des conseils donnés. »

Plus qu’un vendeur de boîtes
« 
En soutenant les services des pharmaciens, ils peuvent démontrer leur valeur ajoutée et ainsi renforcer leur position de négociation. Aux Pays-Bas, les pharmaciens doivent souvent payer pour ces services à valeur ajoutée, mais cela vaut la peine comparé aux revenus que ces services génèrent pour la pharmacie. En démontrant l’impact des soins, les pharmaciens peuvent renforcer leur position en tant que prestataire de soins de santé et être considérés comme un prestataire de soins indispensable au sein de l’équipe de soins de santé primaires. »

Paulien Schul, pharmacien de formation, s’occupe principalement d’optimiser l’utilisation des médicaments par les patients et d’améliorer ainsi les résultats pour ces derniers. L’amélioration des systèmes informatiques de santé, de la connectivité et des interfaces pour soutenir et faciliter les activités opérationnelles des prestataires de soins de santé sont des éléments importants à cet égard. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront donner aux patients les moyens de gérer leurs médicaments. www.changeforps.nl

La semaine prochaine : Le rapport annuel européen au sujet d’eHealth

Published by

Related Posts